Guilde Swtor Faction: République - Serveur: Battle Meditation
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur le forum des Nexus intrépides, guilde Swtor !
Le forum de notre guilde WoW est ici
Le forum officiel de Swtor est ici !

Partagez | 
 

 Venase Kursas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Darkalec
Souvenir oublié de Revan
Souvenir oublié de Revan
avatar

Messages : 1243
Date d'inscription : 13/03/2012
Age : 37

MessageSujet: Venase Kursas   Lun 3 Nov - 13:46

Cette histoire, et celles qui vont suivre sont un hommage à la série de jeux « Silent Hill », Vernase Kuras signifie d’ailleurs « colline silencieuse » en Sith.
J'ai prévu de revisiter l'univers Silent Hill à la sauce Star Wars (vous aurez le droit à ma vision de SH, SH2,SH3,SH:The Room et SH:Homecoming) Danbor, mon chasseur de prime apparaîtra dans le troisième épisode, il y incarnera le rôle de Douglas Cartland, et Epitaph, lui, révélera le coté peu flatteur de sa famille dans le dernier épisode.
Korriz IV est bien une planète de l'UE StarWars ( Secteur Esstran (mondes Sith), Système Korriz, coordonnée grille R-4) bien sûr la ville de Venase Kursas, elle, n'a aucune existence dans SW.


L'histoire qui suit se déroule 3 662 ans avant la bataille de Yavin, soit 9 ans avant le traité de Coruscant.
Bonne lecture





Chapitre 1: Bienvenue à Venase Kursas.



A'ry Mabon regarda avec tendresse sa fille Ce'ryl, elle s'était endormie, bercée par le ronronnement du speeder.
A'ry et sa fille avait atterri sur Korriz IV quelques heures plus tôt, leur destination était une petite ville touristique et pourtant privée de spatioport, Venase Kursas.
Venase Kursas, un nom Sith signifiant "la colline silencieuse", est un endroit paisible où sept ans plus tôt A'ry avait passé les plus beau jour de sa vie.
A l'époque A'ry était déjà un écrivain assez réputé dans l'Empire, il venait de se marier, et le jeune couple avait choisit Venase Kursas pour sa lune de miel.
C'est dans cette petite ville, pleine de charmes, que A'ry et son épouse, Jode, avaient lors d'une petite ballade en amoureux, découverts, au pied d'une vielle pierre tombale, un bébé.
Ils avaient adoptés cette petite fille et la nommèrent Ce'ryl.

Revoir Venase Kursas rendait A'ry à la foi joyeux et triste, joyeux car c'était un endroit important pour lui et sa femme, c'est là qu'ils avaient trouvé Ce'ryl. Mais triste car Jode était morte, quatre ans plus tôt d'une étrange maladie.

Le voyage vers Venase Kursas était une idée de Ce'ryl, trois jour plus tôt, lors de son anniversaire elle avait demandé à voir sa ville de naissance, A'ry n'avait pas pu dire non à sa fille.
Le surlendemain, ils embarquaient à bord d'un vaisseau de croisière, destination Korriz IV, où ils étaient arrivés quelques heures plus tôt.
A'ry avait alors loué un Speeder, et voilà pourquoi il se retrouvait à la tombée de la nuit sur la route de Venase Kursas.

Une étrange moto speeder les dépassa, elle était conduite par ce qui semblait être une twi'lek vêtu d'une bure brune. L'Alien lui fit pensé à un Jedi et A'ry en frissonna, dans ses romans d'horreur il aimait utiliser les Jedi.

Quelques kilomètres plus loin, en sortant d'un virage le long d'une paroi rocheuse, A'ry remarqua la moto speeder renversée sur le bas coté. Il chercha du regard la twi'lek mais ne la vit pas dans les parages.
Quand il ramena son attention sur la route, il vit une jeune femme aux cheveux sombre traverser devant ses phares, il paniqua, enfonça le frein et braqua pour éviter de la percuter.
A'ry perdit alors le contrôle de son véhicule.
Le speeder s'encastra alors dans le panneau, "Venase Kursas", qui annonçait les limites de la ville.

Quand il revint à lui, il fut assailli par un impressionnant mal de tête.
- Ce'ryl!
Il se retourna inquiet pour sa fille, mais sa place était vide.
A'ry fit le tour de véhicule et ne trouva aucune trace de sa fille, peut être était-elle parti chercher des secours en ville?
L'écrivain entra dans Venase Kursas, alors qu'une étrange brume nocturne envahissait le paysage.
Soudain, il cru voir sa fille, mais elle disparu dans le brouillard:
- Ce'ryl! Ce'ryl! C'est papa!

Mais pourquoi ne répondait-elle pas?
A'ry se mit à courir inquiet. Il arriva à un carrefour, le brouillard était si épais qu'il ne voyait pas à 3 mètres.
- CE'RYL! Hurla-t-il désespéré.

Il remarqua alors, devant une petite ruelle étroite, une feuille de papier: c'était l'un des dessins de Ce'ryl, la feuille provenait de son carnet à dessins. A'ry s'engagea dans la ruelle.
Une étrange odeur cuivré lui prit les narines.
Au bout de la ruelle, qui donnait sur un petit portail métallique ouvert, A'ry découvrit avec horreur le cadavre d'un chien Akk mutilé. Il ne pu s’empêcher de vomir, mais se ressaisi pour sa fille et franchi le portail en hurlant son nom.

Il était maintenant dans une ruelle si étroite que les grilles, qui recouvraient étrangement les murs, s'accrochaient à ses vêtements.
Il dut enjamber un fauteuil pour handicapé, et arriva sur une petite "place" toute grillagée.
A'ry hurla d'horreur quand il découvrit, accroché sur la grille en face de lui, un corps humain dépecé.
Un étrange bruit de frottement le fit se retourner.

- Ce'ryl?

Une dizaine d'enfants ensanglantés et défigurés lui bondirent dessus armés de couteaux...


A'ry hurla en se réveillant. Il était sur la banquette d'une cantina, il se toucha pour se rassurer et reprendre contact avec la réalité.

- Vous êtes enfin de retour! Comment allez vous?

A la grande surprise de l'écrivain, il faisait face à la Twi'lek qu'il avait vu quelques heures plus tôt.
Elle était vêtu d'une bure brune, et portait à sa ceinture, ce que A'ry reconnu immédiatement: un sabre-laser.

- Cy'belnet, maître Jedi pour vous servir! Dit-elle en lui tendant la main.
- A...A'ry Ma... Mabon, é...écri...vain. Bafouilla-t-il.


A'ry avait du mal à cacher sa peur, la jedi éclata de rire après un long instant de silence.

- Vous n'avez pas à avoir peur A'ry Mabon! Lança-t-elle. Je ne vous veux aucun mal.

A'ry se mordit les lèvres, penseur. Elle reprit donc:

- Les Jedi sont les garant de la paix, nous ne sommes pas des monstres.

La Twi'lek s'installa alors à coté de lui et lui raconta son histoire.
Elle lui expliqua, que le conseil Jedi, l'avait envoyé dans ce secteur suite à d'étranges visions. La Force l'avait conduite aux abords de Korriz IV et là, elle avait utiliser le système furtif de son vaisseau, pour passer sous les faibles défenses de la planète
La Force avait été avec Cy'belnet et elle réussit un atterrissage discret non loin de son objectif:  Venase Kursas.
Puis avec sa moto-speeder elle avait rejoint la ville mais, une étrange force obscure, l'avait forcé à quitter la route.

- Vous avez conscience qu'ici c'est l'Empire Sith? Lui demanda l'écrivain.
- Oui, lui répondit-elle. La guerre entre nos deux camps est le dernier de mes soucis!

Le regard inquiet de A'ry la poussa à rajouter:

- Je ne suis pas là pour ça, ce que je cherche ici est dangereux pour vous et pour nous.

L'homme sembla se rassurer et raconta son histoire à la Twi'lek. Elle lui tendit alors un blaster et un holocom:

- La Force me guide vers le centre administratif, mais vous, vous devez chercher votre fille! Je vais tacher de vous rejoindre assez vite mais la ville est dangereuse, je préfère vous savoir armé.

A'ry prit l'arme et le moyen de communication.

- Ma fréquence est programmé en "1", commenta la jeune femme en quittant la cantina.


L'écrivain chercha, dans la cantina, des choses qui pourraient lui être utiles, il trouva quelques barres énergétiques, qu'il fourra dans ses poches, une bouteille d'eau, qu'il réussit à accrocher à sa ceinture, grâce à une sangle, trouvée sur un fauteuil, et un plan de la ville.
Alors qu'il se préparait à quitter la cantina, son holocom se mit à grésiller, il l'observa un instant, tenta d'établir la connexion, mais rien n'y faisait, il crépitait de plus en plus.
Soudain une des vitres de la Cantina explosa, et une étrange créature entra.
La créature, une sorte d'oiseau, ressemblait à un "ange des cendres", mais une version écorchée et sanguinolente de l'ange des cendres!
Comment cette créature peu voler? S’interrogea A'ry en braquant son blaster vers l'animal.
Il fit feu, il n'avait plus tiré depuis son service militaire, et son tir se ficha dans le mu,r passant largement à droite de la tête de la créature.
Le monstre le chargea, en voulant l'éviter, A'ry trébucha en emportant avec lui le contenu de la table à coté de lui.
Le volatil percuta le mur et tomba au sol, en se relevant, A'ry trouva à ses cotés un coteau de cuisine, il était sans doute sur la table avant qu'il ne le fasse tomber au sol, il s'en saisi et le planta dans le crâne de l'animal, qui hurla de douleur.
A la surprise de l'écrivain, quand l'animal rendit son dernier souffle, l'holocom arrêta de grésiller.

A'ry décida de retourner à son speeder, pour chercher des traces de sa fille, mais au bout d'un moment, il se retrouva face à une route effondrée.

- Mais qu'est ce qui se passe ici!?

Son regard fut attiré, par une feuille de papier au sol tachée de sang, il s'en approcha et découvrit un dessin de Ce'ryl.
Il se mit à pleurer et pria pour que ce sang ne soit pas celui de sa fille.
Le dessin représentait Ce'ryl dans son uniforme d'école, elle avait écrit, maladroitement en haut de la feuille, "Aujourd'hui c'est la rentrée!".
A'ry décida alors de prendre le chemin du Centre Scolaire Impérial.

_________________


Dernière édition par Darkalec le Dim 16 Nov - 13:37, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darkalec
Souvenir oublié de Revan
Souvenir oublié de Revan
avatar

Messages : 1243
Date d'inscription : 13/03/2012
Age : 37

MessageSujet: Re: Venase Kursas   Lun 3 Nov - 14:09

Chapitre 2: Le centre scolaire Impérial.


A'ry découvrit avec horreur, en se rendant à l'école, de nombreux monstres. Il croisa deux autres oiseaux écorchés, et trois meute de chiens Akk, eux aussi écorchés et sanguinolent.
Mais A'ry parvint à tous les éviter, grâce à son holocom qui se mettait à grésiller à proximité des créatures. L'une des meutes, composée de 5 chiens, avait bien failli lui tomber dessus. A'ry s'était réfugié, à temps, dans un grand container poubelle et les monstres étaient passés à coté de lui, sans s'inquiéter du grésillement, émit par l'appareil de communication.

Il arriva enfin au centre scolaire Impérial.
L'endroit semblait désert.

A peine entré, A'ry découvrit un autre dessin de Ce'ryl... non ça ressemblait à un dessin de Ce'ryl, mais ce n'en était pas un, il était signé par une certaine "Ale'ssa G".
Le dessin représentait, une jeune fille aux cheveux noirs, coupés au carré, comme Ce'ryl. Elle avait l'air triste. Derrière la feuille il était écrit « Salle de cours 102 ».
L'écrivain monta à l'étage, pour rejoindre la salle de cours, mais la porte était close, c'était une porte à charnière et non une porte automatique. Il fut contraint de forcer la porte, en détruisant la serrure avec son Blaster.
La salle était vide, excepté un bureau au milieu. A'ry regarda un instant les murs de la salle de cours,  ils étaient recouvert des classiques poster impériaux et de dessins d'enfants, rien d'anormal à ce niveau... étrangement A'ry trouvait ça inquiétant.

Il s'approcha d'un bureau, c'était un petit bureau pour enfant, en bois. Dessus était gravé le nom Ale'ssa, et, posé juste en dessous, une médaille impériale.
L'écrivain regarda attentivement la médaille, c'était une médaille ronde, environs 5cm de diamètre. La première face représentait un seigneur Sith encapuchonné, et sur l'autre coté une horloge.

Boing !
A'ry sursauta.
Boing !

Ça venait de l’extérieur... Il s'approcha des fenêtres, pour découvrir dans la cours de l'école, une grande tour horloge.
L'écrivain décida d'aller voir ça de plus prés, mais cette fois, d'étrange sons de pleurs d'enfants, l’accompagnèrent quand il rejoignit le rez-de-chaussé.
S'attendant à voir surgir d'étranges créatures, A'ry arriva, a sa grande surprise, dans la cours sans encombres.
Il s'approcha de la tour horloge, sur la porte un creux en forme de cercle, un petit cercle de 5cm de diamètre. Une idée, digne des romans qu'il écrivait, lui traversa l'esprit et il posa la médaille Sith dans l'emplacement... la porte s'ouvrit.
La porte donnait directement sur une échelle.
Un ruban bleu était accroché sur un des barreau.
A'ry le reconnu immédiatement, c’était l'un des ruban de Ce'ryl.
L'écrivain emprunta alors l’échelle, avec l'espoir de retrouver sa fille. Mais à l'étage il ne trouva qu'un livre posé au sol et ouvert sur un conte de fée, l'histoire d'un puissant dragon, cracheur de flamme, qu'un puissant Guerrier Sith terrassa en lui plantant son sabre dans la gueule... Une histoire qu'Ary connaissait bien, tant il l'avait conté à sa fille...

"Entendant ceci, le guerrier Sith armé de son sabre dit: "je vais tuer le lézard" et quand le guerrier trouva le reptile, il ne l'attaqua pas mais l'insulta: "Qui à peur d'un reptile?" A ceci, le lézard furieux rétorqua: "Je vais t'avaler d'une seule bouchée!" puis l'énorme créature l'attaqua la gueule grande ouverte. C'était juste ce que le Sith attendait. Calmement, il lança son sabre dans la gueule du lézard. Tout droit, la lame alla traverser les organes internes du lézard qui s'écroula raide mort."

Soudain le monde sembla devenir vague, sa tête se mit à tourner et une étrange sonnerie, comparable à celles qui annoncent les bombardement, résonna. A'ry s’effondra et perdit connaissance.



Quand il revint à lui, la première chose qui frappa A'ry fut la froideur du métal, il se redressa pour découvrir qu'il était dans la salle de cours, mais une nouvelle version de la salle, le sol était en grilles, les vitres étaient condamnées avec des planches, et les murs semblaient être fait de peau.
En sortant de la salle de cours, il découvrit que c'était toute l'école qui avait changé, comme si il avait été transporté dans une autre dimension, un monde semblable à ceux qu'il utilisait dans ses romans horrifiques.
L'odeur du sang était omniprésente, le sol était recouvert de grilles, et en dessous, il y avait un vide obscur préoccupant. Les murs, eux, étaient fait de chair et suintaient un étrange et nauséabond pue sanguinolent.

A'ry eut des hauts le cœur, mais parvint à se ressaisir grâce à son holocom : il se mit à grésiller, à grésiller très fort...

Une dizaine d'enfants écorchés, comme dans son cauchemars, arrivaient de l’extrémité du couloir.
Il tira dans le tas avec son blaster, avec l'espoir de ralentir la meute et couru à l'opposé, où il emprunta l'escalier pour descendre au rez-de-chaussé.
En bas l'holocom se calma un peu mais continua à grésiller.

A'ry scruta l'obscurité qui régnait dans l’école et parvint, à apercevoir un monstre chien Akk.
Sans faire de bruit, enfin le moins possible sur des grilles, il s’éloignât de la créature. Très vite, il se retrouva au bout du couloir, avec pour seule issue une étrange porte en fer.
Grâce à la lumière, émise par son holocom grésillant, A'ry découvrit, accroché sur la porte, un dessin de sa fille.

Ce dessin le représentait, armé d'une épée, avec la phrase « mon papa mon héros »... A'ry se souvenait bien de ce dessin, ce jour là, Ce'ryl avait dit « Papa tu terrasseras tout les dragons pour moi ! »

La porte s'ouvrit d'elle même et A'ry entra.

La pièce était circulaire, comme dans le reste de l'école, le sol était recouvert de grilles, et les murs de chair. Au centre un grand troue, d'où jaillissaient de puissantes flammes.

A l'opposé d'où il se trouvait, il cru apercevoir, à travers les flammes, un livre. A'ry fit le tour du brasier et découvrit le même livre, qu'il avait trouvé dans la tour horloge, ouvert sur le même conte de fée.

Un étrange bruit le fit se retourner et il découvrit, sortant des flammes, un immense ver avec une gueule de carnassier.
La créature le défia un instant du regard, puis elle ouvrit grand sa gueule, étrangement A'ry comprit immédiatement  et roula sur la droite, un instant plus tard, des flammes léchaient l'endroit où il se trouvait juste avant.

Le monstre tenta de se saisir de lui, mais A'ry fut assez vif pour échapper à ses crocs. Il se saisi de son Blaster et ouvrit le feu, vu la taille du truc il ne le rata pas.

La créature rugit et rouvrit sa gueule, l'écrivain tenta donc sa chance et tira dans la gueule ouverte du monstre.
L'effet fut dévastateur, des flammes semblèrent ravager la créature de l'intérieur, et elle s’effondra dans le brasier.

A'ry lui s’effondra au sol :
- c'est de la folie ! Il se passe quoi ici...
Puis il hurla le nom de sa fille avant de s'évanouir.

_________________


Dernière édition par Darkalec le Mar 4 Nov - 16:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darkalec
Souvenir oublié de Revan
Souvenir oublié de Revan
avatar

Messages : 1243
Date d'inscription : 13/03/2012
Age : 37

MessageSujet: Re: Venase Kursas   Lun 3 Nov - 14:11

Chapitre 3: Darlia Gill'spie


A'ry revint à lui, il se trouvait dans ce qui devait être le centre de sécurité de l'école. La pièce était ronde et de nombreux moniteurs et consoles s'y trouvaient.

Un grésillement, différent de celui de son holocom, attira son attention: Un des moniteur était allumé, l'écran était constellé de neige et d'artefacts.
Alors qu'il allait s'en désintéresser, il aperçu une datacarte au pied de l'écran.
Quand il la saisit, il cru apercevoir,durant un court instant, le visage de Ce'ryl à la place de la neige. Elle avait l'air de souffrir et de l'appeler à l'aide.
A'ry fondit en larme.
Quand enfin il arriva à reprendre le dessus , il observa la datacarte, c'était en fait une clef d’accès avec écrit dessus: "K. Gorson, 35 Midwich Street".
L'écrivain consultât alors le plan, qu'il avait récupéré dans la cantina, ça faisait des années qu'il n'avait pas utilisé un plan papier mais il n'eut aucun soucis à y localiser Midwich street.

A'ry faisait face à la maison de K. Gorson, il avait dû faire pas mal de détours, pour éviter des meutes de créatures, mais il était arrivé à bon port, sans encombre.
Quand il inséra la datacarte, la porte s'ouvrit.
La résidence de K. Gorson avait un intérieur luxueux.
A'ry appela, mais personne ne répondit. Il entra dans la cuisine et y découvrit énormément de "Stim's" de contrebande mais il n'avait pas le temps à consacrer à un trafic de drogue et se désintéressa des produits.
Sur un des mur de la cuisine il découvrit une note "Les enfants de Wish House attendent son retour au cœur du Temple".
La petite phrase laissa A'ry perplexe, et il chercha un Temple sur son plan.


C'est avec difficulté que A'ry arriva enfin au Temple, il avait été attaqué par trois monstres-chiens akk, ses tirs de Blaster avaient été assez efficaces, mais il s'était fait mordre par l'un d'eux. L’écrivain avait été contraint de déchirer une partie de son T-shirt pour se faire un pansement.
Ensuite, il avait réussit à semer un groupe d'enfant écorchés, ce qui avait intensifié la douleur de la morsure, mais il était enfin devant le Temple.

C'était un Temple classique, comme on en voit des tonnes dans l'Empire, voué à l'Empereur et aux Sith.
A'ry pénétra dans ce sanctuaire.
Il y avait de grandes statues majestueuses, des tablettes en langue Sith et aussi des gravures, le tout éclairé par des tonnes de bougies... en fait rien d'anormal pour ce type de lieu.

Au pied de la statue de l'Empereur, qui présidait le Temple, il aperçu une femme à genoux et de dos, sans doute entrain de prier le noble dirigeant de l'Empire.

- "Madame? Tenta A'ry gêné d'interrompre une prière.

La femme se redressa doucement et se retourna, c’était un femme d'une cinquantaine d'année, les cheveux gris et le visage dur.

- Te voilà enfin A'ry Mabon! Sa voix été chevrotante mais stricte.

L'écrivain était estomaqué d'entendre son nom, il voulu questionner la femme mais celle-ci anticipa sa question:

- Les cartes m'ont dit que tu viendrais! Il se réveil c'est pour ça que tu es là!
- Je cherche ma fille! Protesta A'ry

La vieille femme ricana:

- Oh! Tu es là pour quelque chose de plus grand! Les ténèbres... La ville est dévoré par les ténèbres! Nous devons surmonter les désirs mesquins, nous ne sommes que des enfants endormis! Je savais que ce jour viendrait ...
- Je cherche ma fille! Insista A'ry en montrant un holoportrait de Ce'ryl.

La femme regarda l'image de la jeune fille un sourire aux lèvres.

- Bien... Bien... Ale'ssa... Hum... la moitié perdu est de retour...

La vieille femme se détourna de A'ry, et se mit à fouiller dans un petit meuble, elle en sorti ce qui ressemblait à un petit Holocron Sith pyramidale :

- Prend le Flauros ! Ceci est au-delà de mes capacités. Toi seul peut l'arrêter maintenant!
- Arréter quoi? S'emporta A'ry. Je veux seulement retrouver ma fille!

La vieille femme gifla l'écrivain:

- Du calme gamin! Le Flauros t'aidera et te permettra de l’arrêter lui...
- Mais QUI?
- Le Démon qui dort ici bien sûr!

A'ry n'osait plus parler, il regarda la femme incrédule

- Je manque à tout mes devoirs! S'exclama soudain le femme. Je me présente: Darlia Gill'spie, moi aussi j’attends le retour de ma fille.

A'ry se décida à prendre l'étrange pyramide et Darlia lui sourit à pleine dents et tendit le doigt vers l’extérieur du Temple :

- Va au centre médicale, je crois y avoir vu une enfant, il n'est pas loin, quelques mètres à l'Est d'ici !

A'ry Mabon fut assez content de quitter la vieille femme, et même s'il avait des doutes sur la santé mentale de Darlia Gill'spie, il décida de rejoindre l’hôpital.

_________________


Dernière édition par Darkalec le Jeu 6 Nov - 13:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darkalec
Souvenir oublié de Revan
Souvenir oublié de Revan
avatar

Messages : 1243
Date d'inscription : 13/03/2012
Age : 37

MessageSujet: Re: Venase Kursas   Jeu 6 Nov - 13:29

Chapitre 4: Le centre médical Impérial.


L'écrivain eut pas mal de difficultés à rejoindre le centre médical de Venase Kursas: Il dut éviter quelques meutes de chiens, et faire pas mal de détours, car la plupart des routes étaient effondrées.
Après plus d'une heure, il arriva enfin à l’hôpital.
La morsure, qu'il avait reçu au bras, commençait à vraiment le faire souffrir. Il entra dans le bâtiment, en espérant aussi y trouver de quoi se soigner.

Il été dans le centre médical, depuis 3 secondes, quand il entendit une suite de tirs de Blaster, et le bruit d'un corps qui s’effondre au sol.
Cela semblait provenir du bureau à sa droite, il examina la porte. « Dr. M. Kaurmall » était inscrit, en lettres d'or, sur celle-ci.
Il prit son blaster dans la main droite et de l'autre activa le système d'ouverture.

En entrant dans le bureau, il se retrouva face à un homme, en costume. Il était assit dans un fauteuil et à ses pied gisait quelque-chose qui ressemblait vaguement à un humain. L'homme dans le fauteuil braquait un Blaster lourd sur A'ry.

- T'es normal ? Lança-t-il
- Vous parlez de ce qui se passe en ville ? Les créatures ? Demanda A'ry.

L'homme sembla se rassurer et posa son blaster sur la table.

- Mika  Kaurmall, j'étais médecin ici ! Se présenta l'homme.
- A'ry Mabon, je cherche ma fille...
- Pas vu de gamins ici ! Le coupa Kaurmall.

L'homme se servit un Brandy et le bu cul-sec.

- Qu'avons nous fait ? Interrogea le médecin avant de se resservir un verre.

A'ry, ne répondit pas, estimant qu'il avait posé la question pour lui même.
Après avoir descendu un autre verre, il porta son attention sur l'écrivain :

- Vous avez vu ces monstres? Avez-vous déjà vu de telles aberrations? Jamais entendu parler de telles choses? Vous et moi savons tous les deux, des créatures comme ça ne peuvent pas exister!
- Je ne sais pas ce qui se passe ici, mais je dois retrouver ma fille!

Kaurmall se leva brutalement de son fauteuil et se saisi d'une petite carafe, contenant un étrange liquide rouge foncé.

- Faites bien ce que vous voulez ! Moi, je vais arrêter la vieille folle, qui nous a tous manipulé !

Le Dr. M. Kaurmaull quitta le bureau en trombe sans laisser le temps à A'ry de le questionner.

L'écrivain s'assit un instant, pour réfléchir à la situation: Que devait-il faire ?
Alors que le poids des événement était entrain de l'écraser, son regard fut attiré par un nom, un nom écrit sur un vieux Holo-dossier, que devait consulter le médecin avant d’être attaqué.
A'ry se saisi du projecteur et regarda le compte rendu qui s'affichait devant lui en lettres bleues grésillantes et lumineuses :

« L'état de santé de Ale'ssa  Gill'spie est préoccupant, les cures de Kolto ont permis de régénérer ses tissus mais ses données vitales sont faibles. Elle ne doit surtout pas mourir, nous avons besoin d'elle, elle doit devenir la mère !
Darlia insiste bien sur le fait qu'il faut la maintenir sous effets de la drogue pour éviter qu'elle utilise la Force, je suis d'accord avec elle mais Gorson commence a trouver le procédé dangereux, il nous fait encore des crises de morales. S'il continu nous devront l'éliminé pour le bien de la mère divine.
Je vais transférer Ale'ssa dans la chambre 302, ce serra plus discret, et je vais restreindre l’accès à la chambre. »


- Ale'ssa... c'était le nom sur le dessin et la table d'école... c'est la fille de la vieille ?

A'ry essaya de lire plus, mais le projecteur refusa de fonctionner et de dérouler plus de texte.
L’écrivain retira alors la data carte, espérant trouver des informations écrite dessus, mais tout ce qu'il découvrit était un code de référence et une date. Ce texte avait été enregistré sept ans plus-tôt.

Il décida alors d'aller voir la chambre 302.
Ale'ssa, ce nom ne pouvait pas être une coïncidence !
Il rejoignit le couloir, les appliques lumineuse étaient faible mais éclairaient suffisamment, pour éviter de se prendre les pied dans le fourbi qu'il y avait au sol : caisses, plateaux médicaux, bandages usagées, brancards et quelques fauteuils d'handicapés.
A'ry arriva devant un ascenseur, mais celui-ci refusa de fonctionner sans carte d’accès.
Il décida de se rendre à l’accueil ou dans la salle du personnel, peut être y trouvera-t-il un pass.
En remontant le couloir il aperçu soudain une infirmière :

- Madame ! Héla-t-il

La femme ne lui répondit pas mais se tourna vers lui et s'approcha.

- Vous pourriez m'aider, s'il vous...?

A'ry s’interrompit. L'angle du cou de l’infirmière était improbable et sa démarche ressemblait à celle d'un équilibriste: On avait l'impression qu'elle allait trébucher à chaque pas.

- Vous allez bien ? Madame ? Insista-t-il.

L’infirmière leva son bras droit, elle tenait un scalpel laser et semblait avoir envie de l'utiliser.
Maintenant qu'elle s'était rapprochée, A'ry découvrait avec horreur que la blouse de la femme était maculée de sang et que son visage était blafard, enfin la partie qui n'était pas écorchée.
Elle tenta de frapper l'écrivain avec le scalpel, mais A'ry esquiva. En évitant le coup, étrangement rapide vu l'état de la femme, il percuta le mur avec son bras blessé. La douleur raisonna dans ton son corps, et il hurla de douleur en s’effondrant au sol.
L’infirmière se tourna vers lui et dans un réflexe incroyable, A'ry la fit tombé avec un croc-en-jambe. Il parvint à se relever et se mit à courir, en essayant d'ouvrir les portes sur son chemin.
L'écrivain eut pas mal de chance, car quand il enfonça la troisième commande de porte qu'il rencontra, celle-ci s'ouvrit.
Il entra dans la pièce et enfonça la commande de fermeture.
Dos au mur il se laissa glisser au sol pour se retrouver assis. Son bras le faisait souffrir.

- Qui est là ? Y'a quelqu'un ?

A'ry hurla de surprise, la voix était pourtant douce et timide.
Une femme blonde, une vingtaine d'année, sortie de l'ombre. C'était une jeune femme assez belle et elle portait un uniforme rouge d'infirmière spécialisée.

- Je ne voulais pas vous faire peur. Dit-elle timidement.

A'ry se redressa en grimaçant, et avant même qu'il ait pu dire quelque-chose, la jeune femme était à ses cotés entrain de regarder sa blessure :

- Je vais vous soigner ça ! C'est vraiment pas joli !

Alors qu'elle lui posait un patch de Kolto sur la blessure et recouvrait le tout d'un bandage, A'ry lui raconta son histoire.
Quand il eut fini, elle lui fit face les larmes aux yeux :

- Je vais vous aider A'ry, je dois réparer mes fautes ! Mais je dois vous raconter cela avant.

Elle s'appelait Lifa Carland.
Alors qu'elle n'avait que 16 ans, elle était devenue infirmière. Elle était tombée amoureuse du Dr Kaurmaull, aujourd'hui elle se rendait compte qu'il avait abusé d'elle.
Après peu de temps de service, le médecin lui demanda de s'occuper de la patiente de la chambre 302, une jeune fille qui avait survécu à un violent incendie. L’accès à la chambre était strictement interdit, sauf à Kaurmall, Darlia Gill'spie et Lifa.
La jeune femme se prit d'affection pour la patiente et s'occupa d'elle du mieux qu'elle pouvait, elle lui faisait même la lecture.

- J'aurai du aider  Ale'ssa mieux que ça _ Elle tendit un badge à A'ry _ C’est mon pass, il ouvre toute les portes de l’hôpital.
- Venez avec moi !
- Quelque part, je sens que je ne suis pas censé quitter cet endroit ... Oh A'ry, j'ai tellement peur ... J'ai si froid! Dit-elle en fondant en larme. Promettez moi de revenir vite!
- Je fonce à la chambre 302 et je reviens!


A'ry quitta la pièce, Blaster au point. Le "monstre infirmière" l'attendais là où il l'avait laissé.
Il visa et tira à trois reprises, la créature tomba au sol sans vie. Une étrange protubérance de chair continua à s'agiter à la base de la nuque mais l'écrivain décida de l'ignorer et rejoignit l'ascenseur, qui le conduisit au troisième étage.
A peine sorti-t-il de l’ascenseur, qu'il dut faire face a un autre monstre infirmière, il l’abatis avec une précision qui l'étonna.
Il arriva enfin à la chambre 302, à sa grande surprise, elle était propre et une douce odeur florale embaumait l'air. En son centre, un lit équipé d'entraves, à sa droite, des perfusions et une petite table basse sur laquelle était posé un dessin.
A'ry s'en saisit, c'était un dessin de Ce'ryl, elle s'y était représentée avec son père faisant des courses. Elle avait écrit "au centre commercial" au bas du dessin.
Alors qu'il s’apprêtait à quitter la salle, il remarqua un holoprojecteur. A'ry décida de l'activer, il voulait en savoir plus sur ce qui se passait à Venase Kursas.

C'était un projecteur de pièce et Ale'ssa apparu grésillante et bleutée sur le lit, l'écrivain remarqua avec horreur que la jeune femme était entravée. Son corps était recouvert de bandelettes et elle semblait souffrir.
Une image de  Lifa Carland, plus jeune, se pencha sur la jeune fille et lui épongeât le front en lui parlant doucement. La jeune infirmière décida de libérer Ale'ssa de ses entraves, mais un Dr. Kaurmall, tout aussi bleu et crépitant, entra et se mit à hurler sur la jeune femme, il rattacha la patiente et ordonna à la jeune infirmière de l'attendre dans son bureau.
Alors que Lifa venait quitter la chambre en pleurant, un vase s'éleva de la petite table basse pour frapper Kaurmall à la tête.
Les yeux du médecins lancèrent un regard noire à Ale'ssa et il l’insultât.
Une image bleue de Darlia entra à son tour et fit remarquer qu'il fallait augmenter les doses pour éviter qu'elle n'utilise la Force.

Toutes les images crépitèrent plus intensément et disparurent, puis l'image d'Ale'ssa réapparu sur le lit. Elle hurlait de douleur, plongée dans un cauchemars. Une image bleue de Lifa entra et se porta à son chevet. Dés que, la jeune infirmière, eut posé sa main sur le front de la jeune fille, celle-ci se calma.
D'un coup les images disparurent.


A'ry était cerné par le doute, que ce passait-il dans cette ville ? Qu'ont fait Darlia et le médecin à Ale'ssa ? La Force est-elle responsable de ce cauchemars ? Qu'elle était le lien entre Ale'ssa et Ce'ryl ?
Cette dernière question obsédait l'esprit de A'ry depuis le début de la projection, en effet, tout au long de la projection, il n'avait pas arrêté de se dire que Ale'ssa ressemblait de manière troublante à une Ce'ryl, un version plus âgée de Ce'ryl.

L'écrivain rejoignit le rez-de-chaussé, éliminant au passage un monstre infirmière.
Il retourna dans la salle de détente où se trouvait Lifa Carland et y trouva la jeune femme en larme.
Quand A'ry entra, elle posa un regard d'une tristesse intense et se précipita dans ses bras en larmes.

- Je comprend... maintenant... pourquoi je suis encore en vie, même si tout le monde est mort!... Je ne suis pas la seule!... Je suis comme eux!... Je viens de le comprendre!.. c'est à cause de Kaurmall !

La jeune femme s'écarta d'A'ry et, celui-ci, remarqua que ses larmes étaient faites de sang.

- Restez avec moi A'ry, s'il vous plaît! J'ai tellement peur. Aidez-moi. Sauvez-moi d'eux … Je ne veux pas devenir un monstre !

Horrifié, l'écrivain quitta la pièce en trombe, sous les appels de la jeune femme désemparée. Il quitta l’hôpital et se réfugia à l'angle d'un immeuble. Il avait honte de l'abandonner, elle ne méritait pas ça... Mais que pouvait-il faire ?

Après un instant, il prit la direction du centre commerciale, avec l'espoir d'y découvrir, encore une fois, un message de Ce'ryl.

_________________


Dernière édition par Darkalec le Dim 16 Nov - 14:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darkalec
Souvenir oublié de Revan
Souvenir oublié de Revan
avatar

Messages : 1243
Date d'inscription : 13/03/2012
Age : 37

MessageSujet: Re: Venase Kursas   Dim 16 Nov - 13:39

Chapitre 5: Le centre commercial.


Étrangement, A'ry ne rencontra aucune créature en cherchant comment rejoindre le centre commercial.
Sur les trois chemins possibles, deux s’arrêtaient sur une route effondrée. Le troisième plongea A'ry
en plein doute, il était devant une grande barrière en peau sanguinolente et, en son centre, il y avait une porte.
L'odeur était horrible, mais l'écrivain s'approcha de la porte. Elle était, elle aussi, en chair, et y était gravé : « Le seul chemin est ici ».
Il inspira profondément et, quand il se décida à entrer, la porte s'ouvrit d'elle-même. Il pénétra dans l'obscurité.
A'ry était dans un grand couloir, fait de grilles rouillées et sanguinolente... derrière les grilles, le vide. Il avait l'impression d'entendre des pleurs et des voix, mais rien de vraiment distinct.
Au début il progressa avec prudence, lentement et attentif mais, très vite, la panique s'empara de lui et il se mit à courir.
Dans sa course folle, du coin des yeux, il cru percevoir des formes monstrueuses agrippées aux grilles.
Enfin, il arriva au bout du chemin : un grand mur de bois avec en son centre une porte ouverte.

Il franchit l'ouverture et tomba au sol. Il découvrit, avec horreur, que le sol était encore fait de grilles.
A'ry se redressa, derrière lui le « couloir » avait disparu et les deux mondes semblait s’être mélangés : Le monde alterné, fait de grilles, de sang et de chair, avait comme fusionné avec la réalité.
Autour de lui les boutiques semblaient normales mais le sol était couvert de grilles sanguinolentes, sous lesquelles on ne distinguait que du vide. A certains endroits, les grilles laissaient la place à du bon permabéton rassurant, mais, à d'autres endroits, certaines vitrines, étaient recouvertes de chair et de sang.
Il fut comme hypnotisé par un étrange symbole sur une porte, une sorte de grand cercle de sang avec, en son cœur, trois petits cercles disposés en triangle.
Un étrange grognement le rappela à la réalité et il fit volte face, blaster au point.

Une étrange créature lui faisait face, au premier abord c'était l'un des monstres-chiens qu'il avait déjà croisé, mais sa tête était différente, elle était remplacées par une tête de ver... voir plutôt de sarlacc !
La créature tendit sa face vermiforme vers A'ry, dévoilant des tonnes de dents.
L'écrivain réagit d'instinct, au bon moment, il se jeta au sol quand le monstre bondit vers lui, puis d'un coup de Blaster bien placé, il l'envoya au tapis.
La créature se mit à gémir au sol avant de mourir.
Le soulagement de A'ry fut de courte durée, au loin, venant des quatre coins du centre commercial, d'étranges cris stridents semblèrent répondre à la mort du monstre.

Aux aguets, A'ry avança prudemment à la recherche d'un indice, qui pourrait lui permettre de retrouver Ce'ryl.
Son regard fut attiré par une boutique : « Armurerie Impériale » proclamait l'enseigne.
Après avoir réussi à forcer la porte, en faisant le moins de bruit possible, A'ry entra dans l'armurerie.
Il se saisit très vite d'un R-60, un fusil Blaster qu'il avait jadis manié lors de son service militaire.
Il trouva un sac à dos réglementaire modèle « Zirgas », c'était une petite musette utilisée par certaines troupes de choc. A'ry rempli le sac avec des cartouches de gaz et quelques détonateurs thermiques IR-5.
L'écrivain trouva aussi un pistolet Blaster D-406, une arme plus efficace que celle que le Jedi lui avait donné.

Correctement armé, A'ry quitta prudemment l'armurerie et s'enfonça encore plus dans le centre commerciale.
Alors qu'il passait sous un grand écran holographique, celui-ci se mit à grésiller, attirant son attention. L'image de Ce'ryl apparu, elle semblait souffrir et se se débattre :

- « Papa ! Papa ! Aides moi ! Papa !...  Papa... s'il te plais ! »

Le pauvre homme tomba à genoux et fondit en larmes, il se mit à hurler le nom de sa fille.

L'image disparue assez vite et A'ry resta seul avec ses larmes... enfin il ne resta pas seul bien longtemps, il fut presque immédiatement cerné par des monstres-chiens/vers. Sa détresse se changea en rage et, un baster dans chaque main, il éclairci les rangs ennemis.
Ils étaient des dizaines et des dizaines, A'ry décida de prendre la fuite.
Après quelques minutes de course, l'écrivain se retrouva coincé par une nouvelle meute de chiens/vers.
Il ouvrit le feu dans le tas.
Soudain le sol craqua, la grille s’affaissa et A'ry, avec une parti des monstres, tombèrent.
La chute fut assez longue et le choc au sol fut douloureux: A'ry avait atterri sur une plaque de permabéton qui lui avait terriblement endolori l'épaule.
Un grognement lui rappela la présence des monstres. Les six chiens avait eut la chance de tomber sur une zone sableuse.
A'ry et les monstres se trouvaient dans une étrange grande salle aux murs en permabéton et au sol sableux, avec quelques plaques de permabéton, sans doute issue des mûrs, dispersées ça et là.

L'écrivain ramassa son pistolet Blaster D-406, il avait lâché ses deux pistolets en tombant et ne trouva que celui-ci, il fit feu.
Un des monstres-chiens s’effondra et soudain le sol trembla. Immédiatement, les cinq derniers chiens se regroupèrent apeurés.
Le sol se souleva et un impressionnant vers des sables en jailli et abattit son immense bouche sur les cinq chiens qu'il goba, avant de replonger dans le sable.
Grâce aux remouds dans le sable, A'ry comprit que la créature tournait autour de la plaque de permabéton où il se trouvait.
Soudain le monstre jaillit du sol et sauta au dessus de la plaque, A'ry roula sur lui même pour éviter la créature. Il se retrouva sur le sable et rejoignit, le plus vite possible, une autre plaque de permabéton.
La créature, elle, était déjà retournée dans le sable, elle jaillit devant A'ry qui se saisit de son fusil R-60 et ouvrit le feu.
Le ver hurla de douleur et s’enfonça dans le sable.
L'écrivain prit un de ses détonateurs thermiques et le jeta à proximité des remous de sable, le ver jaillit à proximité de celui-ci et le déto explosa.
La créature hurla et prit la fuite en défonçant un murs en permabéton.
Après avoir reprit son souffle, A'ry décida de le suivre, après tout le ver avait créé la seule sortie.
Fusil à l'épaule, il découvrit à sa grande surprise l'entrée d'un Parc d'attraction, « EmperorLake Amusement Park ».

_________________


Dernière édition par Darkalec le Lun 1 Déc - 14:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darkalec
Souvenir oublié de Revan
Souvenir oublié de Revan
avatar

Messages : 1243
Date d'inscription : 13/03/2012
Age : 37

MessageSujet: Re: Venase Kursas   Dim 16 Nov - 14:26

Chapitre 6: EmperorLake Amusement Park.


L'endroit était perverti par le monde alterné, comme dans le centre commercial : Grilles, sang et rouille étaient partout.
De nombreux holoprojecteurs éclairaient le parc en projetant une image de sa mascotte « Rob, le petit Tuk'ata rose ».

En s'approchant d'un stand de sandwiches, A'ry fut assailli par une puissante odeur de décomposition, il refusa de chercher l'origine de l'odeur et s'enfonça dans le parc d'attraction, enjambant, ça et là, des peluches ensanglantées de Rob.
Grâce à son holocom, il réussit à éviter trois petit groupes d'enfants écorchés mais il se fit surprendre par un chien-ver qu'il abattit sans perdre de temps.
Il découvrit, posé au sol, une petite chaussure bleue, il la regarda attentivement: Elle appartenait à Ce'ryl, il en était certain. Réconforté d’être sur le bon chemin il avança d'un pas plus assuré.
Un des manèges, attira son attention car il était totalement illuminé.
C'était un carrousel avec des Tauntauns de bois. Il monta sur le manège et sur la première monture de bois qu'il rencontra, il découvrit un des ruban de Ce'ryl.
Soudain le manège se mit en marche, la musique festive le fit sursauter et il fut éblouit par les lumières supplémentaires qui s’activèrent.
A'ry s’habitua vite aux éclairages vifs et il aperçu avec joie une personne connue :

- « Cy'belnet ! J'suis content de vous revoir ! »

La jeune Twi'lek garda le silence et s'approcha de A'ry.
Quand elle fut à quelques pas de lui, l'écrivain découvrit avec horreur que la Jedi était toute ensanglanté et que ses yeux étaient totalement noir.
Elle activa son sabre laser et frappa.
A'ry roula au sol de justesse et la tête d'un Tauntaun vola. A la surprise de l'écrivain du sang coula de la blessure faite sur la monture de bois.

- « Cy'belnet ! C'est moi ! C'est A'ry ! »

Mais la Jedi n'était plus elle même, Ary se réfugia derrière un autre Tauntaun.
Cy'belnet avançait de manière mécanique et surtout lentement.
A'ry se saisit de son fusil blaster, visa l'épaule du bras armé de la Jedi, retint son souffle, « avala » le mou de la gâchette et fit feu.
Le tir fut parfait, il atteint la Twi'lek à l'épaule et celle-ci lâcha le sabre laser, qui roula sous un tauntaun.
L'écrivain voulu profiter d'avoir désarmé la Jedi et bondit, crosse de son arme en avant.
Mais la Jedi dans un geste mécanique tendis son bras sain, A'ry se retrouva suspendu en l'air et étranglé par une force invisible.
Le visage de Cy'belnet était vide de toute expression, c'était comme une poupée sans âme.
La vision de A'ry se troubla, il se saisit du pistolet Baster accroché à sa ceinture et tira au jugé. Par chance il atteint la Jedi en pleine poitrine et elle relâcha son étreinte.
La Twi'lek tituba, A'ry reprit son souffle, durant une courte seconde seconde, et la mit en joue.
Il ne voulait pas la tuer, mais elle était devenue un monstre elle aussi.
Il fit feu.
Le tir atteint la tête et Cy'belnet s'effondra au sol, morte.
A'ry s'approcha du cadavre de la jedi et se mit à genoux prés d'elle.

- « Je suis désolé... vraiment désolé... »

Le manège s’arrêta et une porte s'ouvrit en son centre, donnant sur un escalier. A'ry y entra et descendit, descendit et descendit encore.
La descente fut si longue, qu'un instant, il se demanda s'il n'allait pas directement entrer en enfer.

_________________


Dernière édition par Darkalec le Lun 8 Déc - 15:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darkalec
Souvenir oublié de Revan
Souvenir oublié de Revan
avatar

Messages : 1243
Date d'inscription : 13/03/2012
Age : 37

MessageSujet: Re: Venase Kursas   Dim 16 Nov - 14:27

Chapitre Final: Dieu.


A'ry arriva enfin au bout de escalier. Une porte lui barrait la route, il tenta donc d'activé la commande d'ouverture et elle s'ouvrit.
L'écrivain se retrouva dans une chambre d'enfant, tout y était soigneusement rangé.
Ce qui frappa A'ry en premier fut les dessins affichés sur les murs : beaucoup représentaient une jeune fille vêtu de bleue ressemblant à Ce'ryl, là, elle était à coté de sa mère (un étrange personnage obscur), ici, elle semblait triste et délaissée par les autres enfants... il y avait beaucoup de dessins.
Il se senti mal à l'aise en voyant des dessins de chiens Akk, d'un vol d'anges des cendres et d'un ver des sables... ça ne pouvait pas être un hasard.
Sur le bureau il trouva un petit cahier scolaire avec le nom Gill'spie Ale'ssa écrit d'une main maladroite sur la couverture.
Tout était donc lié, A'ry se mordit la lèvre inférieur, perdu dans ses réflexions et il sursauta quand une porte qu'il n'avait pas remarqué s'ouvrit.

Une intense chaleur se dégageait de l'ouverture et A'ry décida d'y entrer blaster au poing.
Il se retrouva dans une grande pièce ronde au sol couvert de grilles mais, cette fois-ci, dessous ce n'était pas du vide mais des flammes puissantes.
Au centre de la pièce, se trouvait un Autel, devant lequel se tenait une silhouette de femme et ce qui semblait être un fauteuil sur répulseurs pour handicapé.
La femme se retourna et A'ry reconnu Darlia Gill'spie, elle se dirigeât vers lui avec un sourire éclatant.

- "Vous êtes enfin là ! S'exclama-t-elle avec joie. Donnez-moi le Flauros, il ne nous reste que peu de temps !

Un peu déconcerté, A'ry sorti l'étrange pyramide et la tendit à la vieille femme.

- Oui ! Oui !" Jubila Darlia en prenant l'objet.

La vieille femme se dirigeât vers le fauteuil pour handicapé et posa l'étrange pyramide sur les genoux de la personne s'y trouvant.
A'ry s'approcha et découvrit alors que que sur le fauteuil était assis ce qui semblait être une femme recouverte de bandelettes.

- "Tu as failli périr dans l’incendie ! Lui disait Darlia. Puis tu as cru nous échapper en scindant ton âme en deux ! Mais je t'ai retrouvé et je vais te réunir pour que Dieu naisse !

L'écrivain découvrit alors avec horreur, que sur l'autel, était allongée sa fille.

- Ce'ryl ! Hurla-t-il

Soudain le Flauros s'illumina et Darlia sauta au cou d'A'ry pour l'embrasser sur les joues.

- Grâce à toi le monde sera libéré de la douleur et de la souffrance.Notre salut est à portée de main. C'est le jour du jugement. Tous nos chagrins seront emportés. Ma fille sera la mère de Dieu!

- Ce'ryl...

- Elle va retourner à Ale'ssa, elle a cru duper maman! Mais elle va être réuni et nous ouvrir le paradis."

A'ry repoussa la vieille folle et tenta de s'approcher de sa fille mais l'autel était noyé dans une puissante lumière irradiant de chaleur.

- "VIELLE SORCIÈRE! Tu nous a manipulé!

La voix était pleine de colère et, en se retournant, A'ry reconnu Mika Kaurmall, il braquait son blaster sur Gill'spie et tenait dans l'autre main une carafe avec un étrange liquide rouge.

- Retourne à ton minable trafic de drogue Mika et laisse les grandes personnes diriger la galaxie ! Ricana Darlia Gill'spie.

Soudain les yeux de la femme s'arrondir et un gémissement s'échappa de ses lèvres.

- Non... non... c'est... c'est l'Aglaophotis ! Lâche ça!

La vieille se jeta alors sur le médecin, tentant de lui arracher la carafe. Kaurmall fit feu et la femme s’effondra au sol.

- C'est fini!" Dit-il en jetant la carafe dans la lumière.

Un instant la lumière devint plus intense, puis il y eut un hurlement de douleur et la lumière s'effaça laissant la place à une étrange créature ovoïde recouverte d'écailles dorée, une sorte de gelée, elle aussi couleur or, semblait lier les écailles. Elle avait une tête ressemblant à celle d'un Tuk'ata.

Au sol Gill'spie ricana :

- "C'est trop tard il est né ! Dieu est né ! Il est là !"

Un long tentacule gélatineux dorée sembla jaillir de « Dieu » et frappa le médecin au torse, l'envoyant voler au loin dans la salle.

A'ry prit alors conscience d'une chose : c'était cette créature qui lui avait volé sa fille.
Il épaula son fusil blaster et fit feu, le tir atteint Dieu à l’œil droit et il hurla.
L'écrivain esquiva un tentacule doré et fit à nouveau feu, puis encore et encore. Le monstre souffrait mais les blessures n'étaient pas permanentes, en effet, l'étrange gelée or recouvrait les blessures et les soignait presque immédiatement.
La tête de Tuk'ata se gélifia et disparu dans les écailles et soudain une dizaine de tentacules dorée et gélatineuse s’abattirent.
A'ry les esquiva avec beaucoup de chance et, en se replaçant pour ouvrir le feu, il remarqua quelque-chose d'étrange.
Il y avait une faille dans la cuirasse !
A la base de la créature, une petite tache rouge, du même rouge que l'étrange liquide lancé par Kaurmall, semblait fragiliser les écailles et empêcher la régénération. En effet des fractures se propageaient sur les écailles autour de la tache rouge.
L'écrivain esquiva un nouveau tentacule, tira pour distraire au maximum la créature et lança son sac remplit de détonateur, après avoir bien prit soin d'en activer un.
Le sac retomba juste à coté de la tache rouge et explosa. A'ry fut soufflé en arrière par l'explosion et un terrible hurlement retenti dans sa tête.

Quand l'écrivain reprit conscience, la créature avait disparue. Il y avait de la gelée jaunâtre un peu partout, elle avait perdu son éclat or dans la mort.
Au centre de la salle à la place de Dieu se trouvait une silhouette lumineuse de femme. A'ry s'en approcha avec prudence et il reconnu Ale'ssa. Elle lui sourit et lui tendit un étrange paquet, se révélant être un bébé.

- "Tu as été un bon père pour mon autre moi, je suis désolé !

A'ry prit le bébé dans ses bras.

- Prends soin d'elle, A'ry Mabon, prends soin d'elle comme tu as prit soin de moi... merci... merci papa."

Ale'ssa disparu et A'ry se retrouva seul avec le bébé.
Ce'ryl avait disparu et il se retrouvait avec un bébé, donné par la véritable personnalité de Ce'ryl : Ale'ssa.
Il ne savait pas quoi penser et il quitta cet endroit avec le bébé dans les bras.


Le Dr Kaurmall se redressa en grimaçant, il s'en voulait, il n'aurait jamais dut aider la vieille à créer son paradis. Qu'allait-il se passer maintenant ? Les Sith ne toléreront pas ce rituel et ils allaient venir.
Alors qu'il s’apprêtait à quitter l'endroit un bras gracile s'enroula autour de son cou et le tira en arrière.

- "Tu oses partir, alors que tu m'as promit l'amour et que tu m'as tué ?"

Mika Kaurmall se mit à hurler alors que Lifa Carland le conduisait vers les ténèbres.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darkalec
Souvenir oublié de Revan
Souvenir oublié de Revan
avatar

Messages : 1243
Date d'inscription : 13/03/2012
Age : 37

MessageSujet: Re: Venase Kursas   Mer 24 Déc - 14:03

Voilà fin du premier épisode de Venase Kursas!
J'ai prit quelques libertés au niveau de l'histoire de Silent Hill pour facilité l'adaptation.
Merci de votre compréhension.

Vous voulez des infos sur Silent Hill , faites un tour là-> http://www.silenthill.fr/sh1.php

Vous vous demandez ce qu'est un ange des cendres? -> http://www.starwars-holonet.com/encyclopedie/creature-ash-angel.html
Vous vous demandez ce qu'est un chien Akk? -> http://www.starwars-holonet.com/encyclopedie/creature-akk.html

Pour Dieu ("Incubus" dans le jeu), je me suis inspiré de Waru, cette étrange créature qui apparait dans le roman Star Wars : L'étoile de cristal.
http://starwars.wikia.com/wiki/Waru

Pour toutes questions ou critiques, je suis à votre disposition, vous pouvez même discuter à la suite de ce texte.

_________________


Dernière édition par Darkalec le Mer 24 Déc - 14:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darkalec
Souvenir oublié de Revan
Souvenir oublié de Revan
avatar

Messages : 1243
Date d'inscription : 13/03/2012
Age : 37

MessageSujet: Re: Venase Kursas   Mer 24 Déc - 14:10

Prochainement



"Cette ville apparaît dans mes rêves agités.
Venase Kursas.
Tu avais promis de m'y ramener un jour. Tu ne l'as pas fait.
J'y suis seule désormais... Dans notre "lieu à nous"...
Je t'attends..."


Que feriez vous si vous receviez ceci de l’être aimé? Vous la rejoignez...
Mais si cet être aimé est mort depuis trois? Que feriez vous?

Ja'mee Sunwalker, lui, va choisir de retrouver celle qu'il aime à Venase Kursas...


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Venase Kursas   

Revenir en haut Aller en bas
 
Venase Kursas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Nexus intrépides :: Les Nexu-nivoques :: Vos personnages-
Sauter vers: